Informations sur les travaux à l’église abbatiale

 

 Des travaux de nettoyage vont rendre inaccessible notre église à partir du 9 octobre 2021 pour une durée d’environ deux mois.

 Une chapelle provisoire a été aménagée pour que soient assurées les célébrations liturgiques.

Cette chapelle ne pourra accueillir que trente personnes en plus de la communauté.

 Cette chapelle située « en clôture » ne sera pas accessible librement.

Seules la Messe et les Vêpres sont ouvertes aux personnes qui ne résident pas à l’hôtellerie. 

Les personnes qui souhaitent participer à ces célébrations, doivent se rassembler  dix minutes avant les offices sous le porche d’entrée de l’église. Un frère les conduira jusqu’à la chapelle.

             En semaine, à 9 h 20 pour la messe  // à 18 h 20 pour les Vêpres

            Le dimanche, à 9 h 50 pour la messe // à 18 h 00 pour les Vêpres

 Pour les personnes qui sont logent à l’hôtellerie, un frère se chargera de les conduire à la chapelle pour les offices auxquels elles souhaiteraient participer.

 Veuillez accepter nos excuses pour ces restrictions ; nous espérons retrouver pour le début de l’Avent une église plus propre et plus lumineuse pour qu’y soit célébrée la gloire de Dieu.

 Les frères de la communauté.

 

HOMÉLIE

1er dimanche de l’Avent (C)

Depuis l’arrivée de la pandémie qui n’arrête pas de s’étendre, cinquième vague, nouveau variant détecté en Afrique australe, notre vie ordinaire se trouve quelque peu bouleversée, suscitant inquiétude et parfois révolte devant les restrictions imposées par les gouvernants, une interrogation a souvent été formulée : que sera le monde d’après ? A ce jour, aucune réponse déterminante n’a été donnée… il faut bien le reconnaître.

Depuis vendredi et jusqu’à ce soir se tiennent à Versailles les Semaines Sociales, journées de réflexion sur le thème : « Osons rêver l’avenir – Prendre soin des hommes et de la Terre ».

Le temps de l’Avent est-il un temps favorable pour rêver l’avenir ?

Monde d’après, monde d’avant ? Que nous dit la Parole de Dieu de ce dimanche à ce sujet.

Un premier constat est celui d’une continuité : l’Evangile d’aujourd’hui, au premier jour de l’année liturgique est le même que celui d’hier. Dans la formule, monde d’avant / monde d’après, ce qui est commun c’est le mot ‘monde’. Et c’est bien de ce monde, de notre monde dont nous parle Jésus nous indiquant comment nous y comporter en disciple, quelles que soient les conditions concrètes de ce monde dans lequel nous vivons.

Dans cet évangile, et c’est undeuxième constat important : Jésus ne parle pas de la fin du monde mais de sa venue. Et, pour parler de sa venue, Jésus utilise des images qu’ont utilisées les prophètes, particulièrement les prophètes des temps de détresse. Ces écrits apocalyptiques ont été écrits pour consoler les croyants et les conforter dans leur fidélité. Ces écrits dévoilent -c’est le premier sens du mot apocalypse- la face encore cachée de l’histoire. Si nous ne savons ni quand ni comment le Christ reviendra, nous croyons que son retour signifiera la victoire définitive sur le mal et toutes ses manifestations. Le chamboulement cosmique annonçé n’est qu’une image symbolique pour faire comprendre quelle transformation, quel renouvellement notre monde connaîtra. La pandémie comme le dérèglement climatique qui touchent notre monde d’aujourd’hui sont des signes parmi d’autres à prendre en compte pour ouvrir des chemins d’une transformation, disons d’une conversion des cœurs et des mentalités.

Troisième constat : ce que Jésus annonce n’est pas nouveau ; la crise finale de l’univers, bien des textes de l’Ancien Testament en avaient déjà parlé : citons seulement Jérémie et Daniel. Mais Jésus apporte deux éléments vraiment nouveaux qui précisent son message.

  • Le premier élément radicalement nouveau, c’est Lui-même. Le monde nouveau, le monde d’après, monde déjà et toujours en train de naître, c’est Lui. Que pouvons-nous attendre, espérer de mieux, comme aboutissement et accomplissement de toute une vie et de l’univers que Jésus, récapitulant tout l’Univers. Tout en tous, (Col…)
  • Le deuxième élément, lui aussi radicalement nouveau, c’est le secret d’une rencontre réussie avec Lui. Pour préparer chaque jour cette rencontre, les consignes données sont précises : non pas une attente passive mais une vigilance active. Redressez-vous, relevez la tête, tenez-vous sur vos gardes, restez éveillés et priez en tout temps.

Un article de l’hebdomadaire Le Point, signé de Jean-Louis Schlegel, un observateur attentif des évolutions de notre société, titrait cette semaine :« Le catholicisme français s’effondre ». C’est possible et des signes l’attestent pour une part. Pas plus que les autres, chrétiens nous n’échappons aux tentations et aux épreuves. Que faire face à l’épreuve ? La réponse nous concerne et nous interpelle : Priez en tout temps. Le monde nouveau, le monde d’après est suspendu à la prière ininterrompue de tous les priants au cœur de l’Eglise. La prière peut venir à bout de toutes les tentations et hâter le retour du Christ. La prière nous donne la force d’échapper à tout ce qui doit arriver. Si nous le croyons, prions !

Fr. Joël