Cher(e)s ami(e)s de la paix
 
En ce mois de décembre où le jour de Noël les anges chantent pour tout
le peuple « Paix sur terre aux hommes que Dieu aime » vous trouverez en
pièce jointe une intention de prière et quelques mots d’une prière du
pape François.
 
Alors que les armes ne se taisent pas,
alors que bien des conflits ne cessent d’opposer des humains entre eux,
combien notre engagement dans la prière pour la paix est utile et
nécessaire.
 
Bonne fin du temps de l’Avent,
Déjà JOYEUX NOËL et paix à chacune et chacun de vous.
 
fr. Joël et l’équipe de rédaction.
 

A vous qui cherchez la paix en ce mois de décembre
Intention de prière : l’organisation « Leaders pour la paix »

L’organisation « Leaders pour la paix » a pour vocation de « proposer une sagesse politique au service de la paix et de l’intérêt général en sensibilisant les dirigeants et les opinions publiques sur les risques de conflits armés ». Son réseau international d’Écoles itinérantes de la Paix a pour but d’assurer « la transmission des outils et des méthodes de construction de la paix » pour faire des jeunes « des producteurs de paix dans leurs propres environnements ».

Discours du pape François aux membres de l’organisation, en visite au Vatican le 2 décembre

Je suis heureux de ce temps de rencontre avec vous, membres des Leaders pour la Paix, et je vous remercie pour votre présence et pour ce que fait votre École itinérante de la paix, qui se tient ces jours-ci à l’Université pontificale du Latran.

Être un Leader pour la Paix dans la période que nous traversons est une grande responsabilité et pas seulement un engagement. Nous avons pris conscience que la famille humaine, menacée par la guerre, court un danger plus grand encore : le manque de volonté de construire la paix. Le manque de volonté de construire la paix. Par votre expérience vous savez que, face à la guerre, faire taire les armes est le premier pas à accomplir. Mais ensuite il faut reconstruire le présent et l’avenir de la coexistence, des institutions, des structures et des services. La paix requiert des formes de réconciliation, des valeurs partagées et – chose indispensable – des parcours d’éducation et de formation.

Construire la paix nous demande d’être créatifs, de dépasser si nécessaire les schémas habituels des relations internationales, et en même temps de nous opposer à ceux qui confient à la guerre le rôle de résoudre les différends entre États et à l’intérieur des États, ou qui pensent même réaliser par la force les conditions de justice nécessaires à la coexistence entre les peuples. Nous ne pouvons oublier que le sacrifice de vies humaines, les souffrances de la population, la destruction aveugle de structures civiles, la violation du principe d’humanité ne sont pas des « effets collatéraux » de la guerre, non, ce sont des crimes internationaux. Cela nous devons le dire et le répéter.

Le recours aux armes pour résoudre les conflits est un signe de faiblesse et de fragilité. Négocier, faire de la médiation et engager la conciliation demande du courage. Le courage de ne pas se sentir supérieur aux autres ; le courage de s’attaquer aux causes du conflit, en abandonnant intérêts et projets d’hégémonie ; le courage de dépasser la catégorie d’ennemi, pour devenir des bâtisseurs de la fraternité universelle qui trouve sa force dans la diversité et son unité dans les aspirations communes à toute personn

Face au défi des derniers qui demandent non pas une paix théorique, mais un espoir de vie, le courage de travailler ensemble est encore plus nécessaire. Construire la paix signifie alors initier et soutenir des processus de développement pour éradiquer la pauvreté, vaincre la faim, garantir la santé et les soins, sauvegarder la maison commune, promouvoir les droits fondamentaux et surmonter les discriminations causées par la mobilité humaine. Ce n’est qu’alors que la paix deviendra synonyme de dignité pour chacun de nos frères et sœurs.

J’invoque sur vous tous et sur votre travail les grâces abondantes de Dieu et je vous demande de ne pas oublier de prier pour moi. Et si l’un ou l’autre ne prie pas, parce qu’il ne sait pas ou ne le peut, qu’il m’envoie au moins de « bonnes ondes »: j’en ai besoin pour ce travail. Merci.

Prière avec les paroles du Pape François à l’Angelus du 30 novembre

«Que l’intercession des saints frères apôtres Pierre et André accorde bientôt à l’Église de jouir pleinement de son unité et de la paix dans le monde entier » Le pape François a aussi évoqué la guerre en Ukraine soulignant que « la chère et martyre Ukraine » est « toujours dans nos cœurs et dans nos prières ».